vendredi 3 avril 2009

Quelle poétesse chante Piaf en Latin ?

Je connais un professeur d'université qui chante Piaf en latin (mais aussi Joe Dassin, "La Marseillaise", "L'Internationale", "Mon amant de saint-Jean"). Oui. En latin. Elle s'appelle Thanh Vân. Un jour, elle m'en fit une démonstration a cappella en plein marché de la poésie, place Saint-Sulpice. Je ne m'en suis pas remise.

Plus tard, j'ai appris qu'elle est aussi poétesse, traductrice pour une maison d'édition italienne ET rescapée de la mafia chinoise venue régler son compte au propriétaire d'une boîte de nuit de Wu Han : il avait dragué la petite amie du parrain local. Thanh Vân eut le réflexe de se jeter sous une table pour éviter les balles des fusils à pompe et les coups de matraques. Ni blessés (sauf l'homme recherché), ni morts, c'était une sorte d'avertissement bien calibré. Pourtant, la situation était fâcheuse : elle mourait d'une envie pressée de filer aux toilettes. Cela s'est passé "Chez Oscar", dans une boîte de nuit chinoise en 2003...

Je préviens donc les habitants de Pau. Piaf est bien vivante et se promène dans la ville en chantant latin.



Le pays d’avant
Il est vert
Rizière
Pays de cocagne
Pays de montagnes
De bananiers

Le pays d’avant
Il est bleu
Il est sel
Il est miel
Déli-ciel

Le pays d’avant
Il est doux
Il est boue
Pays de rivières
Pays de fleuves
Pays de lumières
Naguère
En guerre
Pays de veuves

Le pays d’avant
Il est fruit
Tendre Goûté
Il est pluies
Cendres
D’été
Il est bruits
Des cités
Brûlantes
À vendre

Le pays d’avant
Il est visages
Sans âge
VillagesPaisibles
Il est facile
À avoir
Invisible

Le pays d’avant
Il est moussons
Violentes
Il est frisson
De voix lentes
De terres
Sanguinolentes
De mers
De mères
Implorantes

Le pays d’avant
D’avant quoi
D’avant qui
D’avant ici
Devant vous

Devons-nous
Pleurer
Pays leurré
Souvent
Enterré
Sous le vent
Effleuré
Dans les rêves
Flairé
Serré
Emmuré
Murmuré
Du bout des lèvres
En déshérence
Errance
Désespérée

Le pays d’avant
Il n’existe plus
Il est perdu
On n’a jamais su
On l’a jamais vu
On n’a jamais pu

Le prouver
Le retrouver

Le pays d’avant
Il n’existe pas.

Thanh Vân Tôn-Thât, Le pays d'avant, éditions Portaparole.