lundi 11 mai 2009

Interview animée avec Louise Labé.



J'ai toujours rêvé d'interviewer Louise Labé, mais elle est morte trop tôt un mois d'avril 1566, 11 ans après avoir publié ses sonnets qui brûlent encore les sens de ceux qui les écoutent plus de quatre siècles après.

La Belle Cordière, surnommée ainsi en raison du métier de son père, nouait ensemble culture grecque et italienne, influencée principalement par le poète Pétrarque. Mais elle raconte des tourments de la passion amoureuse avec un érotisme bien affirmé.

Engagée de coeur, elle l'est aussi de la plume : elle incite toutes les femmes à porter le flambeau de l'écriture et n'hésite pas à critiquer le continuateur misogyne du fameux Roman de la rose.

Olivier de Magny déclare être l'amant de Louise dans ses propres poèmes (et celui d'autres femmes aussi) : on ne sait rien de la réalité de leur liaison. Louise était-elle une courtisane ? Olivier était-il son amant infidèle ? Ou s'adresse-t-elle dans ses poèmes à un homme imaginaire ? Etait-elle même un être réel, se demanderont des critiques modernes soupçonneux ?

Son mystère reste drappé autour de sa beauté. Ses vers continuent de chanter la liberté d'être femme et plus encore celle d'aimer de toutes les manières qui soient. Et pour cet entretien, j'ai trouvé Louise disponible, merveilleuse et tout à fait réelle. Comme toutes les images de l'Amour le sont.

Laureline Amanieux.