lundi 25 janvier 2010

Les Streetboomings : boom comme le coeur.

Je partage ici ce commentaire de Maïa parlant des Streetboomings ; elle l'a déposé après avoir visionné l'une des deux vidéos qui leur est consacré sur savoirchanger.org :

"C'est fascinant, tous ces mouvements qui réinvestissent la rue.

Comme si après s'être si longtemps senti isolé dans l'univers moderne et capitaliste, plein de groupuscules essayaient de remédier à cette solitude, sans reformer UN grand ensemble et offrir LA solution idéale, mais en offrant au contraire plein de potentialités diverses et variés qui naissent et meurent tout aussitôt.

Ce serait vraiment bien si, comme le croyait Hemingway, Paris devenait vraiment une fête, et que des "happenings" fleurissaient à tous ses coins de rue."

C'est Mark qui répond à mes questions en vidéos. Mark est un participant régulier des Streetboomings dans différentes villes de France, ce mouvement créatif à plusieurs auquel chacun peut se joindre pour une fois ou davantage....

Les groupes forment avec leur corps des scénarios quotidiens ou plus graves où toutes les violences de la ville se manifestent (crise économique, accidents, vol, meurtre, suicide) mais avec une banane en guise de pistolet : ce décalage de l'humour exorcisant.

Ils figurent aussi des fuites suggestives : escalader un grillage, ouvrir une bouche d'égout et faire mine de tomber dedans, jeter une barrière, sauter d'une fenêtre, pour aterrir dans un parterre et filer à travers rue... tout un mouvement de fuite en avant, une échappée des corps.

Ou certains s'en servent pour militer comme le clan des Néons qui éteint en "boomant" les néons publicitaires afin de limiter la perte d'énergie en ville la nuit.

Street Booming est né d'un jeu de mots avant d'être celui des corps : parce que "ça fait boom comme le coeur" dit Mark.

Boom au point qu'un seul être puisse devenir une succession d'autres et palpiter à l'unisson.


Laureline Amanieux.